• à pied : 2h00 - Difficulté Facile
  • Distance : 6km
  • Dénivelé : 279m
  • Public : Famille
Plébiscité pour ses ventas et autres emplettes du dimanche, le col d'Ibardin est aussi le point de départ de balades à la fois faciles et panoramiques sur la côte atlantique. L'une d'elles consiste à rendre visite au lac du Xoldokogaina, et pourra raisonnablement être parcourue en famille. L'essentiel de la montée étant concentré en début de balade, il conviendra d'adopter une allure modeste pour rejoindre la venta la plus élevée, puis le chemin des pentes du Manddale. Le point de vue est déjà très large et incite à des pauses contemplatives. Au détour d'un bosquet de résineux, c'est tout le massif du Xoldokogaina qui s'offre au regard, un complexe de landes et vallons ombragés, un vrai paradis pour pottok ! C'est l'heure de la grande dégringolade vers le lac, où l'on pourra faire une pause à l'ombre de chênes centenaires.
Itinéraire
  • Etape 1 :

    Du col d'Ibardin à l'intersection de la grotte du Manddale Au fond du parking du col d'Ibardin (325 m), emprunter à gauche un bout de chemin qui revient sur la route, que l'on gravit entre restaurants et magasins. A la venta Gorria, continuer à gauche sur le bitume raide jusqu'à la boutique la plus haute (venta Elizalde) : laisser ici deux sentiers (dont le GR10) et suivre à droite un chemin horizontal (antenne). Après la barrière, aller en face sur 50 m puis, au Y, choisir le chemin de gauche. Il monte sec en décrivant deux lacets, avec vue sur la côte atlantique. Ignorer plus haut un premier chemin forestier à droite, puis un à découvert à gauche, pour garder en face le chemin principal.
  • Etape 2 :

    Descente vers le lac du Xoldokogaina Au bout de la lisière supérieure d'une plantation de résineux, parvenir à une intersection (505 m), proche d'une entrée de grotte (située sur votre gauche) : abandonner ici le sentier balisé GR pour descendre à droite dans l'herbe, de façon rectiligne en bordure de forêt (pente prononcée). En partie basse, longer un bois de hêtres puis, toujours sur le chemin principal de lisière de bois, éviter une bosse par la droite. Derrière, la descente devient plus franche et permet de rejoindre une intersection.
  • Etape 3 :

    Du chemin du lac au col d'Oneaga A l'intersection en T sous un gros chêne (270 m), tourner à droite pour suivre désormais le chemin de bordure du lac, que l'on aperçoit ponctuellement entre les feuillages. A la pointe est du plan d'eau (256 m), une trouée plus franche permet de s'en rapprocher. Après la pause, continuer sur le bon chemin qui recommence à monter vers une première intersection en T (chêne) : poursuivre à gauche sur le chemin principal.
  • Etape 4 :

    Retour en balcon au col d'Ibardin Au col d'Oneaga (295 m), trouver une intersection de plusieurs chemins : tourner à droite pour marcher désormais sur une large piste légèrement ascendante. Passer par un point de vue sur le lac. A l'intersection suivante (315 m), au pied d'un gros chêne, prolonger tout droit. Après une vue furtive à gauche sur la baie de Saint-Jean-de-Luz, puis plus ouverte en face sur la Rhune, la piste, quasi horizontale, traverse les forêts et retrouve plus tard l'arrière des ventas et le col d'Ibardin.
A ne pas manquer
  • Les grès rouges
    Les grès rouges (2,8 km) (Site naturel)

    La couleur rosée ou lie-de-vin des roches du chemin, au-delà du côté esthétique, peut poser question sur son origine. Il s'agit de roches sédimentaires attribuées à la période du Trias (250 à 215 Ma), composées de sables siliceux. Ils ont pris cette coloration rouge en raison de l'oxydation de leurs composés ferrugineux sous un climat aride.

  • Le lac du Xoldokogaina
    Le lac du Xoldokogaina (3,5 km) (Site naturel)

    Aussi appelé lac d'Ibardin, il est situé à 330 mètres d'altitude. Même si le barrage est invisible depuis cette berge, il s'agit d'une réserve d'eau réalisée au début des années 30. Ce site avait été sélectionné car il se trouve dans la vallée de la rivière Arola entre plusieurs monts : le Xoldo (486m), Munhoa (353m) et Onéaga (381m). La baignade et la pêche y sont interdits.

  • Les chênes têtards
    Les chênes têtards (4 km) (Site naturel)

    L’arbre têtard ne concerne pas une essence d’arbre en particulier, il est précisément une façon d’entretenir et d’exploiter les arbres. La pratique consiste à couper toutes les branches plutôt que de couper l’arbre au pied. Sur le col d'Oneaga, on peut faire une pause à l'ombre d'un bois de chênes. Des arbres aux formes énigmatiques : troncs massifs surmontés d'étranges boursouflures, puis de branches multiples. Ces profils font suite aux coupes répétitives et ponctions de bois par des générations de populations locales.

Itinéraires à proximité

Hébergements à proximité

Agenda