• à vélo : 6h - Difficulté Difficile
  • Distance : 60km
  • Dénivelé : 2400m
  • Public : Sportifs
Herriko Itzulia, littéralement le tour du village. L’occasion de longer les ruisseaux ombragés, de traverser les quartiers reclus ou d’humer l’air des crêtes. A la faveur de voies fraîchement aménagées, il est possible de rouler en tous points cardinaux sans jamais quitter les terres d’Estérençuby. Mais, entre fonds de vallées et dos de collines, gare à la pente, parfois redoutable. Cyclistes occasionnels, choisissez prudemment l’un des trois verticilles de la boucle et optez sans complexe pour l’assistance électrique. Cyclistes chevronnés, voici un défi d’envergure taillé pour votre appétit de dénivelé, non sans quelques pourcentages pimentés. Et pour tous, du village aux crêtes d’Errozate, des souvenirs indélébiles sur un circuit inédit et exigeant, mais ô combien pittoresque.
Itinéraire
  • Etape 1 :

    Vallée d’Ezterengibel et de Pagaltzeta Depuis la mairie d’Estérençuby, emprunter la route de Saint-Michel (D 301) sur 150 m puis bifurquer sur la première route à droite (vers les fermes « Ossau-Iraty ») ; la route remonte la vallée de la rivière Ezterengibel. 2 km plus loin, à l’intersection (maison Ehuletxea), suivre la route à droite pour changer de rive et passer au-dessus d’une pisciculture. 1,3 km après, au carrefour en Y, emprunter à gauche le pont de Xuhinea pour revenir côté gauche de la vallée. Laisser désormais toutes les voies à gauche, traverser quelques fermes et rouler tout droit pendant 4 km sur la route de fond de vallée (côté gauche du torrent). Un nouveau pont à droite (7,8 km) annonce le début d’une ascension plus soutenue (9%), en trois épingles, vers la ferme Etxarnea. En haut, laisser une route à gauche et poursuivre sur la route en balcon sur l’Ezterengibel. Au niveau d’un point haut (10,3 km), ignorer la route à gauche et entamer une descente forestière en face. Bientôt, à l’intersection en Y (12,1 km), bifurquer à gauche sur une route au départ très raide. Attention, la pente ne faiblit pas sur 1,8 km, avec une moyenne à 15% ! Au-dessus de quelques granges, atteindre ainsi un collet : reprendre ses esprits en appréciant la vue, puis prolonger en face sur la route en légère descente.
  • Etape 2 :

    L'ascension du col d'Errozate Sur le plateau de Pagaltzeta (14,9 km), opter pour la première route à gauche, immédiatement ascendante ; quatre épingles panoramiques vous déposent à proximité des bordes d’Ithurranburu. Poursuivre sur la route au sud ; elle ondule sur la crête d’Hegieder en évitant les pointes rocheuses d’un côté à l’autre, toujours avec des portions aux pourcentages exigeants. Au col d’Arthe (18,7 km), laisser la descente à droite et continuer tout droit vers le col d’Errozate. Encore quelques kilomètres dans la forêt puis on atteint les estives des cabanes d’Athaburu, parfois ventées. Continuer tout droit en balcon, sur le flanc nord de l’Errozate. A l’intersection en Y (21,8 km), ignorer à gauche la route fléchée « Iraty » pour grimper sur celle de droite. Quelques courts virages et une dernière ligne droite défient les dernières pentes du col d’Errozate (1273 m). Vue splendide sur la vallée (23,3 km).
  • Etape 3 :

    L'ascension du col d'Errozate Sur le plateau de Pagaltzeta (14,9 km), opter pour la première route à gauche, immédiatement ascendante ; quatre épingles panoramiques vous déposent à proximité des bordes d’Ithurranburu. Poursuivre sur la route au sud ; elle ondule sur la crête d’Hegieder en évitant les pointes rocheuses d’un côté à l’autre, toujours avec des portions aux pourcentages exigeants. Au col d’Arthe (18,7 km), laisser la descente à droite et continuer tout droit vers le col d’Errozate. Encore quelques kilomètres dans la forêt puis on atteint les estives des cabanes d’Athaburu, parfois ventées. Continuer tout droit en balcon, sur le flanc nord de l’Errozate. A l’intersection en Y (21,8 km), ignorer à gauche la route fléchée « Iraty » pour grimper sur celle de droite. Quelques courts virages et une dernière ligne droite défient les dernières pentes du col d’Errozate (1273 m). Vue splendide sur la vallée (23,3 km).
  • Etape 4 :

    Descente vers la Nive Amorcer la descente de l’Errozate sur le même versant qu’à l’aller, en prenant donc à contresens la route empruntée précédemment, jusqu’au col d’Arthe. L’occasion de profiter des points de vue et d’encourager vos semblables en pleine ascension. Au col d’Arthe, bifurquer à gauche pour prolonger la descente et opter pour un retour en boucle. Rester prudents, la descente est rapide et assez raide, avec quelques épingles serrées. En fond de vallée, atteindre une intersection de routes (33,5 km) : aller tout droit pour rentrer à Estérençuby (à 3,3 km), ou bifurquer à gauche pour enchaîner sur la boucle 1b du col de Sorohandi.
  • Etape 5 :

    Sources de la Nive et col de Sorohandi Suivre vers la gauche la route de fond de vallée de la Nive (ou tout droit si l’on vient d’Estérençuby), fléchée « Orbaizeta » (D428). 1,5 km plus loin, passer sur le pont à droite, devant l’hôtel des Sources de la Nive, et continuer sur la route principale au-delà du parking (abri vélo). Dans un virage, trouver une intersection (35,6 km) : bifurquer à droite sur la route secondaire, début du col de Sorohandi. La pente est tout de suite soutenue, la route se rapproche d’une ferme (Lacoño). Passer au milieu des bâtiments et prolonger sur la route qui alterne entre bosquets et prés. Petit temps de répit au niveau des bordes de Baxansaro, puis une épingle sur la gauche annonce une traversée panoramique où l’on trouvera aussi les plus forts pourcentages (jusqu’à 18-20% !). Un dernier virage à droite parmi quelques hêtres annonce la proximité du sommet ; le col de Sorohandi (850 m) trône au milieu de pâturages dégagés (39,4 km). Descendre sur l’autre versant en deux virages et, aux cabanes de Karabola, tourner à gauche sur la route qui entre désormais dans la forêt de Bihurri, pour une traversée légèrement ascendante. Après une prise d’eau, la route descend de nouveau et atteint une intersection (42 km) : aller à droite pour filer longuement au-dessus du village d’Estérençuby.
  • Etape 6 :

    Aincille et col d’Handiaga De retour à la mairie d’Estérençuby (46,2 km), emprunter la route vers Saint-Michel et Saint-Jean-Pied-de-Port sur 3 km (D 301). Après la petite gorge de Zuziñate, passer entre deux prés puis bifurquer à droite sur une route secondaire, fléchée « Aincille » (montée raide) et, 100 m après, la garder à gauche en montée. Laisser plus loin à gauche l’accès à la ferme-gîte d’Ahadoa et continuer à droite sur la voie principale dite de Maldarro, qui ondule sur les collines. 200 m avant le cœur du bourg d’Aincille, au niveau d’une croix en pierre (52,3 km), tourner à droite sur le chemin (goudronné) de Berro. 400 m plus haut, à l’intersection en Y, choisir à droite le chemin (goudronné) de Pagola. Passer une dernière ferme (Jauregia) et, après une barrière canadienne, affronter les gros pourcentages des rampes de Pagola. Après un coude en balcon, il reste à remonter la combe d’Urttipia, toujours soutenue, pour atteindre le col d’Handiaga (588 m). Près du parc à bétail (55,5 km), basculer sur l’autre versant, en traversée sur le haut du vallon de Sasieta sur 1,5 km. Passer par les bordes d’Ernaga, puis la route se résout à descendre franchement avec vue plongeante sur le village d’Estérençuby.
A ne pas manquer
  • Torrent d'ezterengibel
    Le torrent d'Ezterengibel (Site naturel)

    Le torrent d’Ezterengibel est un écosystème à lui seul. Dans ses eaux bien oxygénées et d’une grande pureté, se développent des nombreuses larves d’insectes aquatiques, que chasse un oiseau étonnant, le cincle plongeur. Mais le ruisseau héberge aussi, dit-on, la rarissime écrevisse à pattes blanches.

  • Panorama
    Point de vue sur la Basse-Navarre (Panorama)

    Il vous aura donné du fil à retordre, mais ce col d’Errozate est une ascension à vélo mémorable, à la fois par ses difficultés, parfois accentuées par un vent pas toujours favorable, mais aussi pour son point de vue, grandiose : la profonde vallée d’Estérençuby, les hauteurs de Garazi, les ports de Cize, le Baïgura, les crêtes d’Iparla, et même jusqu’à l’Océan.

  • Manech à tête noire
    Manechs à tête noire (Faune / Flore)

    La brebis manech à tête noire est une race rustique, implantée depuis fort longtemps sur les montagnes basques. Avec ses cornes imposantes et sa longue toison blanche qui tranche avec ses pattes et tête noires, elle est facilement reconnaissable. C’est une brebis très élégante, adaptée à la montagne et souvent valorisée par des bergers transhumants. Son lait est très riche et sert à la fabrication de fromages.

  • Curiosités géologiques
    Curiosités géologiques (Site naturel)

    Dans le dernier kilomètre d’ascension du col d’Handiaga, observer sur votre gauche une curieuse échine rocheuse au sommet d’une crête. Une ligne de monolithes composée de conglomérats, ou roches en poudingues, où l’on peut parfois distinguer des vautours fauves en attente d’un thermique favorable à la prise d’envol.

Points d’attention / Informations :

Cet itinéraire de randonnée est sur une zone pastorale, merci de prendre connaissance des bons gestes à adopter.

Points d’attention :

  • Zone pastorale : fermer les barrières, ne pas effrayer les animaux, tenir les chiens en laisse. Passez toujours à distance raisonnable du bétail.- (;)
  • Descente raide et sinueuse sous le col d’Arthe, restez vigilants. (43.06567;-1.17597)
  • Gorge de Zuziñate, route étroite et passante (43.11438;-1.20914)
  • Descente raide et sinueuse sous le col d’Handiaga, restez vigilants. (43.11199;-1.18847)

Itinéraires à proximité

Hébergements à proximité

Agenda