• à vélo : 4h30 - Difficulté Difficile
  • Distance : 54km
  • Dénivelé : 1500m
  • Public : Sportifs
Ce circuit dédié au vélo gravel ou au VTC à assistance électrique est une belle opportunité de goûter aux épopées transfrontalières. Un judicieux combiné de voies paisibles pour une boucle, sur les traces des bergers d’antan, passeurs ou colporteurs. Rouler sans frontière, s’affranchir des limites administratives et faire vivre une longue tradition de coopération entre familles navarraises, en partie sur ce bel itinéraire international qu’est l’EV3. Une route historique jalonnée de cromlechs et du site patrimonial d’Orbaitzeta, mais aussi une immersion dans la splendide forêt d’Iraty sur les rives du lac d’Irabia. Tel un contrebandier sur deux roues, le gué de la borne frontière 225 sonnera l’heure du retour en France et, par les landes d’Artxilondo, on pourra savourer le temps suspendu sur le plateau d’Irau. Un voyage inoubliable, une petite aventure de proximité.
Itinéraire
  • Etape 1 :

    D’Estérençuby au col d’Organbide Depuis la mairie d’Estérençuby, emprunter la route qui remonte la vallée de la Nive, au-delà du fronton et de l’hôtel Andreinia. Au bout d’1,8 km, au Y, laisser une route à gauche et suivre à droite la direction d’Irati (D301). A la seconde intersection, garder à droite la route de fond de vallée, fléchée « Orbaizeta » (D428). 1,5 km plus loin, passer sur le pont à droite (4,7 km - hôtel des Sources de la Nive), et continuer sur la route principale au-delà du parking (abri vélo). L’ascension du col d’Organbide débute ici ; grimper sur la voie principale, toujours régulière, qui va décrire trois grandes traversées dans la forêt d’Orion. En partie haute, la route sort du bois (point de vue sur Errozate) et parvient à une intersection en T (12,2 km - stèle) : tourner à gauche sur la voie secondaire pour atteindre rapidement, à découvert, le col d’Organbide.
  • Etape 2 :

    Vers Orbaizeta et Irabia La borne 212 marque la frontière au col d’Organbide (12,8 km) : continuer sur la voie bétonnée à droite, pour entrer en Espagne. La route parcourt le plateau, puis monte vers le petit col de l’estive d’Azpegi, connue pour ses vestiges de dolmens et cromlechs. Engager la descente, plaisante, en rive gauche d’une longue vallée boisée. Les bâtisses de l’ancienne fabrique d’Orbaizeta (18,8 km) surprennent au sortir du bois (auberge et ruines à visiter). A l’angle de la dernière maison, poursuivre à gauche sur une nouvelle voie bétonnée (balisage rouge et blanc) qui monte vers des quartiers de maisons. Au carrefour de quatre chemins (abreuvoir), descendre en face sur la piste empierrée (balisage VTT 12), conclue par une portion bétonnée raide. Prudemment, faire 10 m à gauche sur la route puis tourner encore à gauche sur un nouveau chemin. Trouver ainsi une nouvelle route de fond de vallée, à remonter vers la gauche. Après l’auberge, continuer tout droit sur la voie bétonnée, jusqu’au parking d’Arrazola (22,2 km). Dépasser cette aire de stationnement et rouler tout droit dans la forêt d’Irati (montée en pente douce). Après le S d’une cabane, atteindre le col d’Orion (25,2 km) : descendre de l’autre côté sur la piste bétonnée (balisage VTT 15), toujours sous couvert forestier de la hêtraie. En bas, à l’intersection en Y du parking d’Irabia (29 km), emprunter la voie de gauche, ascendante (VTT 7a). Après la bosse, au parking dominant le barrage, continuer tout droit au-delà d’une barrière, sur une piste empierrée, fléchée Los Paraisos. Cette piste roulante longe tout le plan d’eau par la gauche sur plusieurs kilomètres, jusqu’à sa pointe nord (33 km) : emprunter à droite le pont en béton, le Puente de la Cuestión.
  • Etape 3 :

    Les estives du col d’Irau Au nord du lac d’Irabia, à la sortie du Puente de la Cuestión (33,1 km), tourner immédiatement à gauche sur une piste empierrée, le long d’un torrent. 100 m après (barrière), franchir un ruisseau à gué pour rentrer en France à proximité de la borne frontière 225. Suivre l’unique piste de fond de vallée en bordure du ruisseau d’Egurgi. Elle devient goudronnée et parvient à l’intersection de la cabane Nekez-Egina : continuer à droite pour amorcer l’ascension du col d’Irau. Remonter ainsi la vallée d’Artxilondo de façon assez régulière, hormis une rampe prononcée, au milieu des estives (ignorer les accès aux cabanes pastorales). Au col d’Irau (39,5 km), bifurquer à gauche sur la D301 vers « Saint-Jean-Pied-de-Port). Longer des cabanes puis suivre la route qui ondule sur ces hautes terres, avec comme dernier rempart la courte mais difficile côte de Muskuldi et ses quatre lacets serrés. Souffler un peu à l’intersection de routes (43,9 km).
  • Etape 4 :

    Retour à Estérençuby Au niveau de l’intersection dominant la côte de Muskuldi (43,9 km), laisser à gauche la route du col d’Errozate et continuer en face par la route en traversée (D301). Passer les cabanes d’Athaburu et descendre régulièrement par la route de crête, panoramique. Au col d’Arthe (46,9 km - cabanes), laisser la D301 plonger à gauche et continuer tout droit sur une voie secondaire, qui parcourt la crête d’Hegieder en ondulant (revêtement irrégulier). Aux bordes d’Ithurranburu (49,1 km), prolonger la descente à gauche en quelques virages. Plus bas, à l’intersection en Y, poursuivre tout droit sur la route de plateau, entre les clôtures. Au bout du plateau de Pagaltzeta (52,1 km - abri), descendre tout droit sur une route secondaire. Aborder lentement la prochaine épingle vers la gauche, puis descendre cette route entre bosquets et granges jusqu’à retrouver Estérençuby.
A ne pas manquer
  • Fabrica de Orbaizeta
    Fabrica de Orbaizeta (Patrimoine bâti)

    Au sortir de la forêt, une puissante église et des façades donnant sur une place unique, le site d’Orbaizeta est assez incongru. Au bord de la rivière, les ruines d’une ancienne manufacture royale d’armes, active au XVIIIe siècle. Son implantation répond à la proximité de trois ressources : le minerai de fer, l’eau comme force motrice, le bois de la forêt d’Iraty comme source de chaleur. Jusqu’à 150 ouvriers et leurs familles séjournèrent dans ce recoin de forêt. Grâce à ses nombreux panneaux didactiques, ce patrimoine industriel de premier plan mérite une visite.

  • La forêt d'Irati
    La forêt d’Irati (Faune / Flore)

    Le parking d’Arrazola est une porte d’entrée dans la célèbre forêt d’Irati, un bois XXXL que se partagent quatre vallées frontalières, celles du pays de Cize et de Soule pour la partie française, et les vallées d’Aezkoa et de Salazar coté navarrais. 17 000 hectares où les feuillus sont majoritaires (hêtres, chênes et frênes) ; il est même courant de lire qu’Irati est la plus vaste hêtraie d’Europe occidentale. Exploitée rapidement pour son bois ou ses ressources en eau, elle est aussi le refuge de croyances populaires et légendes, comme celle de Basajuan (seigneur sauvage), une créature mi-homme mi-sauvage, un protecteur de la forêt inspirant à la fois crainte et respect.

  • Pastoralisme
    Pastoralisme (Faune / Flore)

    Par la morphologie du terrain et ses pentes dociles, le petit quartier d’Artxilondo est un haut-lieu du pastoralisme. Les bergers y conduisent leurs troupeaux à la belle saison pour y trouver une herbe de qualité, séjournant pour la plupart dans les etxola, cabanes des bergers. Surveiller les troupeaux, les déplacer, leur apporter les soins, le quotidien du berger peut vous être expliqué si vous engagez la conversation.

Points d’attention / Informations :

Cet itinéraire de randonnée est sur une zone pastorale, merci de prendre connaissance des bons gestes à adopter.

Points d’attention :

  • Zone pastorale : fermer les barrières, ne pas effrayer les animaux, tenir les chiens en laisse. Passez toujours à distance raisonnable du bétail.- (;)
  • Descente raide donnant directement sur la route (42.99573;-1.22470)
  • Passage de gué-frontière, vélo à la main (43.00761;-1.14171)
  • Descente sur route au revêtement irrégulier, modérer son allure (43.07277;-1.16013)

Itinéraires à proximité

Hébergements à proximité

Agenda