• à pied : 4h30 - Difficulté Difficile
  • Distance : 12km
  • Dénivelé : 800m
  • Public : Sportifs - Tous publics
Aux confins des communes d’Estérençuby et de Lecumberry, la montagne d’Irau ceinture une vallée profonde connue des pêcheurs solitaires. Gagner les crêtes semble à priori fastidieux, le pic d’Irau étant hérissé de falaises imposantes et reste énigmatique quant à son accès. Optimistes, quittons pourtant la fraîcheur matinale du vallon d’Ezterengibel pour prendre de la hauteur dans une magnifique forêt de hêtres. Passé les bordes isolées, le sentier devient joueur, il gagne les terrasses secrètes et se glisse entre les éperons rocheux du versant oriental du massif, finalement bien docile. Suit un cheminement en balcon au caractère montagnard, le débouché soudain sur les estives d’Irau et un point de vue remarquable au sommet d’un plateau suspendu aux allures de Highlands écossaises.
Itinéraire
  • Etape 1 :

    Du parking d’Ezterengibel à la brèche de Malbei Du parking de bord de rivière (410 m), laisser le pont à droite pour emprunter le chemin forestier en face de vous (côté gauche de la rivière). Il sort vite du bois et, à découvert, offre des vues sur la vallée sauvage de Maluzaharre. Montée régulière dans la pente nue, en plusieurs virages. A l’intersection d’Uhaitzagi ou Etzangieta (644 m), continuer tout droit sur la piste principale. Elle parcourt un nouveau bois, puis traverse une clairière, avant d’entrer à nouveau en forêt. Passer par une combe (point d’eau) puis 200 m après, à l’intersection de trois chemins, opter pour le plus à gauche. Grimper ainsi au-dessus de vieilles bordes et continuer sur le chemin le long de la clôture. Passer le portillon et poursuivre l’ascension dans cette belle forêt. Au passage d’une crête rocheuse, c’est un sentier à flanc de montagne qui prend le relais, dans une chênaie claire. Par de courts lacets sur la gauche, il finit par se rapprocher de la crête de Malbei.
  • Etape 2 :

    De la brèche de Malbei au col d’Irau UTM (30T) : 652417 / 4769485 Lat / Long : 43.06274 / -1.12816 Au passage de la petite brèche de Malbei (910 m), continuer à droite sur l’autre versant, plus rocheux. Le changement de décor est radical. Le sentier, ancien chemin de transhumance, se faufile désormais entre les affleurements du versant est du pic d’Irau, en dominant une vallée profonde. Après une ravine, le sentier se glisse même dans la roche et poursuit sa traversée en balcon audacieuse, en direction des cabanes d’Irau. Aux premières constructions, remonter la voie goudronnée qui dessert les cabanes pastorales.
  • Etape 3 :

    Ascension du pic d'Irau Au col d’Irau (1008 m), sans toucher la route D301, bifurquer à droite dans l’herbe pour longer la route un instant, puis monter vers le pic d’Irau, évident. Une trace rectiligne vous rapproche de la crête est du sommet (stèles). Aux premiers blocs, suivre une sente de brebis à flanc de montagne, pour traverser sous le sommet, sans chercher à l’atteindre trop vite. Gravir ainsi la cime en écharpe sur la gauche, en trouvant des pentes assez raides, mais sans difficulté. Le pic d’Irau (1145 m) offre un point de vue large et très contrasté entre nord et sud.
  • Etape 4 :

    Retour par la crête de Malbei Pour la descente, utiliser le même cheminement pour revenir à la brèche de Malbei (910 m). Juste avant de la franchir, tourner à droite sur un sentier qui descend quelques mètres entre des blocs, puis il progresse ensuite au plus près de la crête de Malbei, en évitant toujours les points hauts par la gauche. Progression dans les chênes et vue plongeante sur la vallée de Gasnategi. Après la troisième bosse, le sentier débouche sur des pâturages : suivre tout droit un chemin carrossable qui passe par le dôme de Malbei (852 m). Continuer sur la croupe herbeuse au nord, en gardant un bois à main gauche. Après une ruine, passer sur la bosse suivante puis descendre sur le chemin de crête, en lisière de bois. Il se décide ensuite à dessiner trois virages dans la pente à gauche, puis retrouve en contrebas l’intersection d’Uhaitzagi ou Etzangieta (644 m) : descendre à droite sur la piste pour revenir au parking.
A ne pas manquer
  • Champignons acrobates
    Champignons acrobates (Faune / Flore)

    Observez les troncs des vénérables hêtres sur votre droite, et vous verrez qu’ils sont les hôtes d’étranges champignons, à la forme d’un sabot de cheval aux stries de croissance de couleur brune, et à la face inférieure doté de minuscules pores. Leur carte d’identité ? Polypores amadouviers, parasites réguliers du hêtre, mais bons indicateurs de naturalité de la forêt. Ce champignon, réduit en poudre est, depuis la Préhistoire, utilisé pour l’allumage des feux.

  • Pastoralisme
    Pastoralisme (Faune / Flore)

    Par la morphologie du terrain et ses pentes dociles, le plateau d’Irau est un haut-lieu du pastoralisme. Les bergers y conduisent leurs troupeaux à la belle saison pour y trouver une herbe de qualité, séjournant pour la plupart dans les cabanes du secteur. Surveiller les troupeaux, les déplacer, leur apporter les soins, le quotidien du berger peut vous être expliqué si vous engagez la conversation.

  • Vautours fauves
    Les vautours fauves (Faune / Flore)

    Les rochers du pic d’Irau offrent des postes de guet très favorables pour les vautours fauves. Ce grand rapace y patiente régulièrement, ailes repliées le long du corps et cou dressé. Avec ses 2,60 m d’envergure, il n’aura qu’à se laisser choir dans le vide pour trouver une portance sur les courants d’air, et glisser dans le ciel en quête de pitance. Oiseau exclusivement nécrophage, il nettoie la montagne des cadavres d’animaux.

  • Les dents de chien
    Les dents de chien (Faune / Flore)

    Si vous passez ici au début du printemps, certainement pourrez-vous rencontrer une plante précoce, l’erythronium dent-de-chien est une espèce de pleine lumière inféodée aux pelouses acidiphiles montagnardes. On pourra le trouver occasionnellement dans des landes rases et sur des lisières forestières. Cette plante à fleur solitaire d’un rose vif fait partie de la famille des liliacées (comme les lys ou les tulipes). Elle est dotée d’un bulbe blanc allongé, en forme de dent de chien, d’où son nom. Donc, aucun risque de morsure !

Points d’attention / Informations :

Cet itinéraire de randonnée est sur une zone pastorale, merci de prendre connaissance des bons gestes à adopter.

Points d’attention :

  • Zone pastorale : fermer les barrières, ne pas effrayer les animaux, tenir les chiens en laisse. Passez toujours à distance raisonnable du bétail.- (;)
  • Pente raide sous le sommet, hors sentier : rester vigilants lors de votre progression si le sol est humide, à la montée et à la descente. (43.05757;-1.13312)

Itinéraires à proximité

Hébergements à proximité

Agenda