• à pied : 2h30 - Difficulté Facile
  • Distance : 8km
  • Dénivelé : 245m
  • Public : Tous publics
Sur un plateau ensoleillé dominant le lit de la rivière Bidouze, Arancou est un village aux murs blancs doté d'un patrimoine bâti et humain remarquable. Étape historique sur un des chemins de randonnée vers Saint-Jacques-de-Compostelle, la voie de Tours (via turonensis), Arancou a construit sa notoriété autour d'un hôpital-prieuré qui accueillait les pèlerins dès le XIIIe siècle. On trouve aussi quelques maisons de maîtres, jadis vouées aux œuvres d'hospitalité, dont on pourra apprécier les détails d'architecture. Dans le village, l'église Notre-Dame mérite également un œil attentif, pour son style mêlant plan allongé roman et voûtes ou chapiteaux gothiques. Sur les chemins, les collines environnantes promettent une bonne oxygénation en forêt, à la rencontre de beaux chênes centenaires, tandis que la vallée de la Bidouze vous réserve son calme et la fraîcheur de ses rives.
Itinéraire
  • Etape 1 :

    Arancou au quartier Garai Depuis la place du gîte Bourthaïre, passer juste à droite du fronton ; un bout de sentier rejoint une voie goudronnée. Au point de collecte, descendre en face sur le goudron. A l'intersection de la carrière (prudence, sortie de camions), aller en face sur la route qui monte bientôt vers le quartier Garai.
  • Etape 2 :

    Du quartier Garai à la crête de Sagorre A l'intersection de Garai, proche d'un hangar, continuer en face sur la voie goudronnée, dite chemin de Larraldotte. Descendre ainsi jusqu'au lit de la rivière Louhirasse, que l'on traverse à gué par un alignement de blocs (ou une passerelle 50 m en amont). Sur l'autre rive, monter par le large chemin forestier. Aller à droite à la première intersection et monter raide dans le bois. Sur la crête boisée de Coudain (palombière en face), tourner cette fois à gauche et sortir de la forêt sous de beaux chênes. Poursuivre sur le chemin évident qui longe les prés du sommet de la colline (portions goudronnées).
  • Etape 3 :

    De la crête de Sagorre à Larraldotte Sur la crête de Sagorre, carrefour en T avec une route (vue sur les sommets basques) : emprunter la route vers la droite (chemin de las Carbouères). Descendre toujours tout droit jusqu'à atteindre la large vallée de la Bidouze. En bas, à l'intersection, aller à droite pour longer les ruines des Carbouères (source timide) et marcher désormais sur l'unique chemin qui ondule en rive droite de la rivière. Passer un gué en béton sur le Louhirasse et atteindre 100 m après l'intersection des ruines de Larraldotte.
  • Etape 4 :

    De Larraldotte à Arancou Aux ruines (peu visibles sous les ronces) de Larraldotte (accès à la Bidouze à 50 m à gauche), trouver une double intersection : tourner à droite puis aussitôt à gauche pour suivre désormais un chemin ascendant dans la forêt d'Arranbide (beaux chênes). En haut, déboucher dans le virage d'une piste (chemin de Couyoula), que l'on suit vers la droite. Il passe par un point haut et, accompagné de vues lointaines, il redescend au quartier Garai. Face au hangar, revenir à gauche vers le village, par la route empruntée à l'aller.
A ne pas manquer
  • PLRV1047-PI2-2573
    Eglise Notre Dame de l'Assomption (Site culturel)

    Isolée sur son promontoire, l'église Notre Dame d'Arancou (XIIIe siècle) est classée Monument Historique. Liée à l'accueil des pèlerins sur la Voie de Tours, elle était rattachée à un hôpital-prieuré voisin, la maison Espitau. Architecture remarquable mêlant roman et gothique et stèles discoïdales (porche d'entrée).

  • Chênes pédonculés
    Les chênes pédonculés (Faune / Flore)

    Les chênes pédonculés (quercus robur) sont des arbres très communs dans les forêts du Pays Basque, souvent associés à d'autres arbres comme les hêtres ou les châtaigniers. Leurs fruits sont reliés aux branches par un long pédoncule (d'où son nom), et son feuillage est caduc. C'est un grand arbre de 25 à 35 mètres de haut qui peut dépasser pour certains sujets les 40 mètres. En isolé, il peut atteindre des dimensions imposantes, avec un tronc dépassant les 5 m de circonférence. Sa longévité atteint facilement 500 ans, mais des arbres ayant de 700 à 1 200 ans peuvent exister.

  • la Bidouze
    La Bidouze (Site naturel)

    Affluent du fleuve Adour, la Bidouze (Biduze en basque) est une rivière qui prend sa source au cœur de la forêt des Arbailles, puis qui s'écoule paisiblement sur plus de 80 km avant de rejoindre l'Adour. Sauvage et modeste dans sa partie haute, elle fut jadis utilisée pour le commerce fluvial dans sa partie basse.

  • La fontaine du lion
    La fontaine du Lion, à 100 m hors itinéraire (Patrimoine bâti)

    Un sentier discret conduit à un bel ensemble du patrimoine local, composé d'un puits, d'une fontaine et d'un ancien lavoir. Depuis le XIXe siècle, les propriétaires de la maison Garay ont toujours laissé l'usufruit du point d'eau aux villageois, en échange de son entretien. La sortie d'eau se fait par la gueule d'un lion, d'où son nom.

Points d’attention / Informations :

Points d’attention :

  • A éviter en période de chasse à la palombe, du 01/10 au 15/11. (;)
  • Carrefour de sortie des carrières, passage de camions (;)

Itinéraires à proximité

Hébergements à proximité

Agenda